Les 5 règles d’or pour une randonnée avec enfants

Pour randonner avec des enfants, il existe des règles supplémentaires par rapport aux règles de sécurité et de bonne conduite qui s’appliquent à tout randonneur. Pour ne pas prendre de risques, il convient de bien les connaître.

Règle n°1 : ne jamais randonner seul avec un enfant non autonome

Une chute, un malaise, on croit toujours que ça n’arrive qu’aux autres. Avec un enfant dont vous avez la responsabilité, il faut toujours prévoir l’imprévisible : si vous perdez connaissance, ou pire, votre enfant ne sera pas en mesure de vous secourir, ni de se mettre lui-même à l’abri. Alors on compte toujours 1 adulte ou un adolescent responsable et débrouillard de plus par rapport au nombre d’enfants non autonomes. Par autonome, on entend capacité à reprendre le guide ou la carte et à retourner au point de départ, ou capacité à passer un appel si vous randonnez en zone couverte par le réseau.

Règle n°2 : ne jamais randonner avec un enfant qui peut nécessiter des soins urgents

randonnée avec enfantsEpilepsie, problème cardiaque ou respiratoire, ou toute autre affection qui peut requérir une intervention vitale en urgence sont rédhibitoires pour la randonnée hors zone urbaine. Même si vous vous situez à moins de 5 km d’un bourg et sous couverture téléphonique, il peut être très long pour les secours de vous repérer sur un sentier. Quelques minutes de plus ou de moins peuvent compter.

Règle n°3 : toujours encadrer les enfants

Un adulte ou adolescent responsable devant, et un derrière : telle est la règle immuable à suivre avec un enfant. Ainsi, il est plus simple de prévenir un éventuel danger, car il existe des risques de chute dans certains endroits, mais également de mauvaises rencontres, comme par exemple les chiens errants ou non qui sévissent dans nos campagnes. L’adulte à l’arrière s’assure qu’un enfant ne s’est pas arrêté sans crier gare pour lacer sa chaussure ou suivre un papillon…

Règle n°4 : doser la difficulté

On en parle en détail dans notre article « Quelle distance pour quel âge ? » : il est impératif de s’assurer de l’adéquation du parcours avant le départ. Avec un enfant, pas question de faire confiance à l’aubergiste du coin qui trouve l’itinéraire ultra facile : seuls un guide ou une carte faisant apparaître clairement la distance et le dénivelé sont fiables.

Règle n°5 : prévoir 50% de temps de trajet en plus

Les enfants ne gèrent pas l’effort comme les adultes : ils marchent moins vite, mais ils ont également plus souvent besoin de pauses. En randonnée avec un enfant de moins de 12 ans, prévoyez une pause de 10 à 15 minutes toutes les heures en plus de la pause déjeuner (avec une collation pour sportif de type fruits secs, barre de céréales, banane). Par ailleurs, les enfants sont nettement plus enclins à s’arrêter pour observer la faune et la flore ou pour cueillir fleurs ou baies. Cela fait partie du plaisir de la randonnée, et les en priver risquerait de les dégoûter de cette activité. Pour être sûrs de ne pas rentrer dans le noir et épuisés, prévoyez 50% de temps de trajet supplémentaire par rapport à la norme habituelle pour un adulte.

En respectant ces conseils et les consignes de sécurité du randonneur, vous passerez de merveilleux moments avec les enfants, en toute sérénité. Bonne rando !

 

Découvrez nos meilleures destinations kid friendly avec itinéraires de randonnées au départ du logement pour de belles randonnées en famille à la découverte de toutes les régions françaises.

 

 

Par Carole Boutet

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *