Interview d’une maman blog-trotteuse

Rachel c’est qui ? C’est une fille à voyages, une blog-trotteuse dans l’âme, une passionnée de la route (et du papotage) et la maman « Motte » de sa famille baptisée « Chamotte ». Cette tribu est aussi composée de Daniel, le papa « Chat » et du petit Alexandre, le « Piccolo Chou » de 3 ans.

voyage en famille Chamotte

La famille Chamotte.

C’est à travers son blog et sur un ton libre et punchy que Rachel raconte avec passion ses différents voyages et escapades en famille autour du monde. Et autant dire qu’Alex a déjà beaucoup voyagé : à 2 mois ½ il vivait son premier voyage en Sicile, et les destinations se sont succédées : New-York et les Caraïbes à 8 mois, le Portugal à 10 mois, la Namibie à 15 mois, Malte à 20 mois et l’Autriche à 22 mois… Tous ces récits sont illustrés de nombreuses photos prises sur le vif. Résultat : on voyage littéralement avec eux.

Voyage un jour, voyage toujours

Bouger en Famille : Vous êtes une globe-trotteuse née, et on dirait que le fait d’avoir Alexandre ne vous a pas stoppée dans votre élan !

voyage en famille Etats-Unis

« New-York : le test ».

Rachel : Non, je dirais même que ça l’a accéléré ! Avant sa naissance, on avait déjà réservé des vols pour New-York. On y est allés un peu à l’aveugle et puis finalement, ça s’est super bien passé. De le voir réagir à tout ce qu’il voyait, c’était vraiment beau. Après New-York, on savait qu’on pouvait l’emmener partout. Ça a un peu agi comme un test.

BeF : Qu’est-ce qui a changé depuis l’arrivée du petit ? A la fois dans l’organisation et le choix des voyages ?

Rachel : On choisit déjà les voyages en fonction du contexte géopolitique du pays, et aussi en fonction du contexte sanitaire, des hôpitaux présents sur place, au cas où il arriverait quelque chose. Madagascar par exemple, on n’irait pas.

BeF : Lorsqu’Alex était plus petit, quel matériel vous a été indispensable ?

Rachel : La tente-lit traveller de Phil and Teds ! Ca pèse 2,5 kg, ça rentre dans une valise et comme elle est très légère, ça pèse pas trop. C’est très pratique parce qu’on lui a appris à faire sa sieste dedans, partout où on allait le soir on lui dépliait sa tente… C’est de la pure magie (rires). J’avais emporté des draps de la maison qui avaient gardés notre odeur, et il a toujours très bien dormi dedans !

BeF : Voyager avec un enfant en bas âge n’a jamais été un frein ?

Rachel : (Elle réfléchit) Un frein… oui, pour les sorties du soir ! (rires) Forcément il faut s’adapter au rythme du petit. Souvent le soir on se retrouvait dans le noir dans la chambre d’hôtel. Après on s’adapte… L’astuce c’est de prendre des grandes chambres pour le mettre dans un coin et continuer de vivre à côté. Sinon le reste, on le faisait différemment ; pour un parc d’attractions par exemple, Daniel et moi on faisait les montagnes russes chacun notre tour.

Et puis avoir un bébé en voyage, notamment pour les visites, c’est intéressant parce qu’on passe toujours en premier ! (rires) Par exemple pour l’Empire State Building, pour le train en Inde…

BeF : Aviez-vous des appréhensions quant au voyage ?

Rachel : Euh, les appréhensions c’était surtout le fait qu’il tombe malade en fait, qu’il attrape un rhume ou n’importe quoi, qu’on ne sache pas quoi faire, parce que c’est notre premier enfant donc on a toujours un peu peur. Mais c’est tout… Et puis on a toujours l’ambassade de France ; ça nous est déjà arrivé d’en avoir besoin en Namibie car Alex s’était brulé, et ils sont vraiment là, ils nous accompagnent… C’est très rassurant.

L’organisation d’un voyage en famille

Courant mars, Les Chamotte sont partis 20 jours pour un auto-tour en Inde. C’était la première fois qu’ils confiaient l’organisation de leur séjour à une agence de voyage.

BeF : Pourquoi avoir choisi l’Inde comme destination ?

Voyage en famille en Inde

A la découverte de l’hindi !

Rachel : Alors l’Inde c’est surtout moi : ça faisait un moment que j’avais envie d’y aller, et comme Alex avait 3 ans, il n’y avait plus aucun problème au niveau des vaccins. Et il y avait Soma, une blogueuse qui est médecin et qui habite en Inde que je voulais rencontrer. On est passés par une agence pour la première fois et ça s’est plutôt bien passé… mais je ne sais pas si je le conseillerais pour un enfant de 3 ans, parce que rien n’était sécurisé au niveau de l’architecture (pas de barrière ou de toutes petites balustrades, de nombreux escaliers, etc). Tous les monuments et les hôtels étaient comme ça. Ça a vraiment été une source de stress.

Bef : Avez-vous intégré Alex à « l’organisation » du voyage ?

Rachel : On a fait ça ensemble, on lui a demandé ce qu’il voulait faire, on lui a proposé des choses. Il voulait faire du petit train donc on a dit pourquoi pas, on lui a proposé de faire du chameau dans le désert et il n’avait pas l’air contre, donc on s’est dit qu’on allait lui faire découvrir ça… Après pour le reste Daniel et moi on a organisé.

BeF : Alex était-il curieux ou anxieux ? Posait-il des questions ?

Rachel : Il était toujours à fond ! Quelques mois à l’avance on lui avait dit « on te réveillera dans la nuit pour prendre l’avion ». Alors des fois il nous réveillait la nuit et il nous disait « avion ? » (rires). Il ne pensait qu’à ça !

BeF : Combien de temps avez-vous mis à préparer le voyage ?

Rachel : Normalement pour préparer un voyage on s’y prend au moins 8 mois à l’avance (on organise tout) mais là pour l’Inde on l’a organisé avec une agence de voyage locale ; on s’y est pris 3 mois à l’avance parce qu’ils ont déjà toutes leurs adresses, parce que le tout est bien rodé, parce qu’ils ont leurs propres chauffeurs…

BeF : Comment s’est fait le choix des transports et des hébergements ?

Voyage en famille auto-tour

Auto-tour au milieu des vaches !

Rachel : Au niveau des transports, partir en petit groupe c’est pas possible avec un enfant, du coup on a pris l’option d’une voiture assez confortable avec un chauffeur. Comme ça on peut s’arrêter quand on veut pour admirer les monuments, et on va à notre rythme. Et puis conduire en Inde c’est pas possible hein ! C’est très dangereux, il n’y a pas d’indication sur la route, y’a rien ! La règle c’est le klaxon, ce qui plait beaucoup aux enfants d’ailleurs !

Pour les hébergements, on utilise le site Booking. On choisit toujours des chambres qui sont grandes et selon les commentaires des gens. Alors par contre l’inconvénient là-bas, c’est que les hôtels ne sont pas vraiment adaptés aux enfants. On avait demandé à faire installer un lit mais c’était compliqué. J’ai l’impression que ça se faisait pas trop là-bas donc on a laissé tomber, et on s’est dit qu’Alex allait dormir avec nous. Bon, les lits sont très grands mais c’était pas pratique, et on n’a pas très bien dormi…

BeF : Aviez-vous prévu du matériel spécifique pour Alex ?

Rachel : Alex portait encore des couches et heureusement ! Aller aux toilettes là-bas c’est compliqué, même moi je n’y allais pas, j’attendais d’être rentrée à l’hôtel… Donc on avait emmené plein de couches parce que là-bas, il n’y a pas de supermarché donc pas de couche ! Pareil pour les lingettes, il faut en prendre des kilos. Et puis on avait prévu du lait en poudre pour le matin et des céréales pour les petits dej’.

BeF : Pour le voyage en avion, quelles précautions aviez-vous prises, et aviez-vous prévu des occupations pour le petit ?

voyage en famille avion

Dans l’avion pour l’Inde.

Rachel : Oui, il faut toujours prévoir (rires).La première précaution à prendre c’est : on s’installe, et une fois que tout le monde est installé on présente Alexandre à nos voisins. On s’excuse d’avance des coups qu’il pourrait donner dans les sièges et en général les gens sont assez compréhensifs. Ensuite on prépare beaucoup de choses pour l’occuper. Nous on a des bouquins, l’Iphone avec des applications dedans, des gommettes -l’indispensable, et surtout des petits chocolats et des petites gourmandises qu’il adore. Sinon pour l’Inde, comme le voyage était assez long, on avait pris un petit lecteur DVD et j’avais téléchargé sur des clefs USB plein de dessins animés. Après ça c’est surtout pour l’aller, parce que pour le retour il a toujours été KO et il a toujours dormi !

Welcome in India !

BeF : Alex s’est-il bien adapté au rythme, ou a-t-il manifesté des signes d’ennui ou de fatigue ?

Rachel : Ce qui est extraordinaire, c’est qu’il s’adapte très vite ! Même à New-York quand il avait 8 mois, le décalage horaire ne lui a posé aucun problème. En fait je crois qu’ils suivent le rythme naturel du jour et de la nuit.

BeF : Qui dit auto-tour dit temps passé en voiture : comme pour l’avion, aviez-vous prévu des choses pour occuper Alexandre ?

Rachel : Non rien du tout… En général il regardait. Déjà il adore la voiture, il est habitué aussi, et il regarde toujours ce qu’il se passe dehors. Et là on était tous les 3 à l’arrière tranquilles… Des fois il prenait quand même ses petites voitures ; il ne faut pas oublier les jouets préférés !

BeF : Que mangeait Alex ? Est-ce qu’il s’est adapté à la nourriture indienne, ou avez-vous adapté ses repas en fonction de ses besoins, de ses goûts ?

Rachel : Il faut savoir qu’il faut emmener sa nourriture. Là-bas il n’y a pas de chaîne du froid, donc la nourriture n’est pas fiable avec un petit. On avait emmené des petits pots, malheureusement comme il est grand, quand il a vu ça il s’est dit : « qu’est ce que c’est que ça ? » (rires). Donc on s’est rabattus sur les frites et les pâtes bien cuites, et ça ne lui a pas posé de problème.

BeF : Quelles sont les précautions à prendre lors d’un voyage en Inde, sur place ?

Rachel : Au niveau de l’architecture comme je le disais, il faut faire attention. Pour un enfant un peu plus grand ça ne pose pas de problème, mais Alexandre comme il venait d’avoir 3 ans il courait un peu partout, il ne faisait pas attention où il marchait… Rien n’était sécurisé, donc il fallait faire très attention pour lui. Heureusement qu’on n’avait qu’un enfant (rires).

voyage en famille Inde

Autour du Little Bouddha !

Par contre il y a un truc à savoir sur l’Inde, c’est qu’en fait les indiens voient très peu d’enfants européens. Et donc quand ils en voient un, c’est un peu le Little Boudha ! On se retrouve avec des attroupements autour de nous, ça peut être impressionnant. Mais ils adorent les enfants, ils sont très gentils !

Souvenirs d’Orient de la famille Chamotte

BeF : Quels ont été vos meilleurs moments en Inde ?

voyage en famille train Inde

Le petit train et ses singes.

Rachel : C’était la méharée avec Alexandre, où il a été fabuleux : il est monté sur le chameau dans le désert sans aucun souci, comme un grand… C’était trop beau à voir ! Et on a fait la nuit à la belle étoile dans le désert aussi avec lui, c’était vraiment super ! Et puis sinon le train, parce qu’il y a des petits singes qui montaient dessus. Alexandre ça l’a rendu dingue ! C’était vraiment un super souvenir.

BeF : Et vos pires moments ?

Rachel : Euh… le retour avec le voyagiste local : pas de chauffeur le dernier jour ! On l’attendait et il n’y avait personne pour nous emmener à l’aéroport. La grosse galère, merci l’agence ! En plus le petit était malade, il vomissait dans le taxi et tout, c’était folklo ! (rires).

BeF : Qu’en a pensé Alex ? Quel a été son meilleur souvenir à lui ?

Rachel : Alors quand on lui demande ce qu’il a préféré dans le voyage il nous dit : « l’avion et le train ! ». Voilà, donc en fait on pourrait faire un voyage juste dans l’avion aller/retour quelque part (rires) ! Ce qu’il a adoré c’est les « tuc-tuc », des sortes de petits triporteurs. Dès qu’on lui disait : on va aller faire du « tuc-tuc », alors là… ! Je crois que c’est son meilleur souvenir avec le train. 

BeF : Comment s’est passé le retour à la maison ?

Rachel : Difficilement. Si il y a quelque chose qui est difficile avec lui, ce n’est pas le voyage, ce n’est pas de partir, mais c’est le retour. Pendant 5/6 jours, c’est dur pour lui. Il veut rester en voyage, déjà parce qu’il a son Papa et sa Maman tout le temps avec lui et parce qu’il découvre toujours de nouvelles choses. Donc on évite de trop le faire sortir pendant une semaine et on s’occupe bien de lui pour que la transition ne soit pas trop difficile.

BeF : Quel a été jusqu’à présent votre plus beau voyage en famille, et la destination que vous conseilleriez le plus aux parents avec enfants en bas âge ?

Rachel : (Elle réfléchit longuement). Je dirais que pour Alexandre le plus beau voyage c’était la Namibie parce qu’on était dans des parcs, on voyait traverser les éléphants, c’était vraiment magique. Pour moi ce serait les Emirats Arabes parce qu’ils sont vraiment axés très familles, partout dans le pays. Tous les hôtels – même dans les montagnes, ont tous les équipements qu’il faut, tout est très sécurisé, ils adorent les enfants, on est vraiment accompagnés, c’est vraiment relax. Daniel ce serait la Sicile je pense.

Des voyages bénéfiques pour l’éveil

BeF : Alex est-il demandeur ?

Rachel : Ah oui ! Lui c’est simple il veut le désert (rires). Il nous le montre surtout au quotidien : il adore sortir les livres de voyages en nous montrant ce qu’il aime bien, il sort les cartes aussi…

voyage en famille désert

Alexandre en plein désert.

BeF : Si c’était à refaire, y a-t-il des précautions ou des situations que vous anticiperiez davantage ?

Rachel : Euh… Je prendrais beaucoup plus de lingettes parce qu’il faut sans arrêt laver les mains du petit. J’aurais du apprendre à Alex à ne plus avoir de sucette, et on aurait du mettre doudou et nounours dans le sac à dos. Moi-même je ferais attention à ce que je mange. Sinon… non, c’est tout, ça s’est bien passé ! Et puis au fur et à mesure du voyage on ajuste !

Alors par contre, tout le monde nous pose la question de la pauvreté ; il faut savoir que les indiens vivent chichement mais normalement, on n’a pas vu de choses horribles dans les villes.

BeF : Quels sont les bénéfices de ces voyages pour un enfant ? Y a-t-il des inconvénients ?

Rachel : Ah mais ce n’est que bénéfique ! Pour l’éveil, c’est juste super ! Moi à la base je ne voulais pas spécialement d’enfant, mais de voir son enfant heureux, c’est trop beau… Eux ils sont heureux, et nous on l’est encore plus en fait, ça décuple le plaisir.

BeF : Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaiteraient tenter l’aventure et partir loin, en Inde ou autre, avec des enfants en bas âge ?

Rachel : De partir ! (rires) Non mais c’est la peur et les appréhensions qui font qu’on ne va pas faire grand-chose. Mais on ne part pas sur une autre planète ! Ca vaut vraiment le coup, il ne faut vraiment pas avoir peur. S’il n’y a pas de risque, il faut foncer ! De toutes façons il y a tout de noté à coup sûr sur les destinations sur le site www.diplomatie.gouv ; donc si ils donnent leur feu vert, on y va ! Il ne faut pas écouter les « on-dit ». Et puis il faut prendre des vacances et s’amuser !

par Chloé Martineau

 

3 Commentaires

  • Sandra dit :

    Nous justement on aimerait partir, mais pas les sous, et le mari en période d’essai

  • Salutations à Rachel que je suis depuis fort longtemps…J’ai aussi adoré la Namibie et de savoir qu’elle y a amené Alex m’encourage à vouloir revisiter ce coin de pays avec mes 3 petites ! bisous xxx MGT

  • J’adore lire ces interviews de parents globe-trotteur! Merci!
    Je suis d’accord que ça leur apporte tellement! L’enfant découvre les choses sous un angle différent et avec eux, on profite vraiment des choses qui nous entourent. Car ils s’attardent sur des petits détails que l’on n’aurait pas vu sans eux!
    Ca remet l’essentiel en place : vivre le moment présent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *